Ceptade est un centre de traitement ambulatoire des troubles du comportement alimentaire situé à Fribourg

Médico-psychosomatique

Dorothea WEHRLI

Quand une personne vient me voir, il m’est important de la comprendre dans sa globalité.

Diagnostic et premières mesures

Les premières démarches sont très concrètes:

  • assurer le diagnostic médical.
  • faire un état des lieux somatique.
  • repérer des menaces pour la santé et les risques de séquelles définitives.
  • initier les premières mesures thérapeutiques.

Durant les phases ultérieures du suivi thérapeutique, le contrôle des paramètres somatiques reste évidemment important.

Mieux comprendre la situation

Une fois gagné du temps et se trouvant en sécurité devant les risques vitaux, ce qui nécessite souvent 2 à 3 consultations, je tâche de comprendre plus à fond le rôle que joue la maladie dans la vie de la personne.
En même temps, suivant les objectifs qui ont été fixés, nous allons établir ensemble le plan thérapeutique.

Le plan thérapeutique

  • traitement et contrôle des carences
  • traitement des autres perturbations somatiques si présentes.
  • prévenir – si possible – des séquelles ultérieures définitives.
  • prescrire – si nécessaire – des médicaments ou des examens plus approfondis.
  • établir et coordonner le réseau thérapeutique pour faire face à la maladie.
  • intégrer des membres de famille ou d’autres proches si souhaité et utile.

Comment comprendre « psycho-somatique »

Une maladie peut être vue d’une manière « mécanique » : une cause précise (p.ex. un virus ou une bactérie) produit comme effet une maladie précise (p.ex. la grippe). Mais on peut aussi se poser la question suivante : « Pourquoi ce virus a-t-il été capable de m’infecter pas hier, pas demain, mais maintenant? Que veut peut-être me dire la maladie? » En ce qui concerne les troubles du comportement alimentaire, il existe également certaines explications scientifiques. La question « Que veut me dire ou faire apprendre la maladie ?» peut également être posée pour les TCA. Le plus grand défit reste néanmoins de faire face à la maladie et cela est un processus très individuel.

En pratique

Partant de situations concrètes en relation avec le comportement alimentaire (p.ex. peur d’une prise de poids ou impossibilité d’une perte pondérale indiquée; peur de certains aliments; ne plus sentir faim ou satiété; (trop) manger lors de certains évènements, états d’âmes ou conflits; vomissements volontaires; etc, j’aide la personne à percevoir et à comprendre de mieux en mieux ses actions, ses émotions et ses pensées, et leur interaction.

Ainsi, au fur et à mesure, la personne apprend à utiliser des outils pratiques qui lui permettront de reprendre confiance en elle et son corps et de développer ses potentialités que la maladie avait dissimulées.

Mon rôle dans ce processus est d’accompagner attentivement et de soutenir efficacement la personne dans ses démarches vers la guérison.